Vernissage du Concours de Photos ‘L’Abbaye dans tous ces états’


L’association pour obtenir l’inscription de l’Abbaye Saint-Philibert de Tournus et de son environnement au Patrimoine mondial de l’Unesco organise le vernissage du concours de photos et l’exposition, ce soir à 18H00 dans la Tour des Champs, en face de l’abbaye. C’était un grand succès, avec des dizaines d’intéressés. Le vernissage a été ouvert avec quelques mots du curé, père Dominique Oudot, du président de l’association Ludger Martens et de Sébastien Rouget, maire-adjoint en chargé des affaires culturelles de la ville de Tournus. Surtout ce dernier, professeur d’histoire et grand amateur de vieilles pierres, a donné un vrai discours. En plus, il a été assez gentil pour numériser son discours manuscrit pour que nous le partagions avec vous. Vous le trouverez en bas de la page.

D’abord les photos:Vernissage du Concours de Photos Ludger MartensLe président voit que tout est bien préparé, avec une dégustation de vins du domaine Clos Gandin à Plottes, qui ont leur magasin sous les ailes de l’abbaye.
Vernissage du Concours de Photos Dominique Oudot Quelques mots du Curé de la Paroisse Saint Philibert, Dominique Oudot

Vernissage du Concours de Photos Martens et Rouget, Sébastien
Ludger Martens ouvre l’exposition avant de donner la parole à Sébastien Rouget.

Voici un petit video du début du discours de M. Rouget au vernissage du concours de photos à l’Abbaye de Tournus.

Lire la suite dessous.

Discours pour l’inauguration de l’exposition « L’abbaye dans tous ses états ». 6 juin 2015.

L’exposition que nous inaugurons ce jour d’hui a pour objet le patrimoine. Elle a été préparée et portée par les membres de l’Association pour l’Inscription de l’Abbaye Saint-Philibert de Tournus et de son environnement au patrimoine mondial de l’UNESCO, dont l’ambition est tout à fait louable. « L’abbaye dans tous ses états » n’est pas qu’une exposition de clichés. Elle nous montre ce qu’est le patrimoine, c’est-à-dire un héritage relu.

Elle nous donne aussi à voir le sens que les sociétés lui attribuent.

Le patrimoine tournusien n’est plus à décrire : il a la singularité d’être tout à la fois riche, varié, protéiforme, et bien sûr, étonnant. A ce titre, l’église abbatiale Saint-Philibert en constitue le fleuron, au risque parfois de jeter une ombre malheureuse sur ce qui l’entoure, et qui, bien que plus modeste, mérite d’être mieux connu. Toujours est-il que cet ensemble abbatial attire chaque année des dizaines de milliers de visiteurs, ce qui n’est pas rien. Le chiffre de 250 000 personnes par an est annoncé. Peu importe ici le nombre, force est de reconnaître que ce patrimoine bâti en impose.

Celui-ci, du reste, constitue la marque, si l’on peut dire, de notre territoire. Il renvoie tout à la fois à notre histoire, aux origines mêmes de notre cité ainsi qu’à nos propres préoccupations, celles de promouvoir efficacement ce qui demeure.

Aussi, cette exposition et votre association participent-elles de cet intérêt à l’égard de ce patrimoine considérable. La Ville de Tournus, qui en a la charge, suit avec soin et attention chaque initiative. Elle n’est pas en reste à ce sujet. La campagne de sondages actuellement menée sous l’égide de monsieur Benjamin Saint-Jean Vitus et de son équipe atteste de ce souci d’accroître les connaissances scientifiques tout en soulignant la visibilité de ce lieu hors du commun. Cette campagne a été lancée par la Ville de Tournus, en étroit partenariat avec la Société des Amis des Arts et des Sciences de Tournus dirigée par monsieur Talmard, dans l’objectif de préparer la célébration du Millénaire de l’Abbaye en 2019. Qu’il me soit ici permis de mettre en relief l’action vigoureuse et constante de monsieur Fabien Cler, conseiller délégué au patrimoine et président du Pays d’Art. et d’Histoire. Il est bon en effet, sans pour autant céder à une autocélébration trop facile, de constater que les élus sont aussi bien capables d’entreprendre que d’expliquer la ligne qu’ils ont tracée. C’est après tout ce que l’on est en droit d’exiger d’eux.

Le patrimoine est créé ; en cela, il n’est pas sacré. Il prend des formes diverses, peut être réaménagé – et l’abbaye Saint-Philibert n’a eu de cesse de connaître de multiples changements – et est somme toute ce que nous avons reçu sans trop de peine et ce que nous laisserons – car il n’appartient à personne – à ceux qui nous succéderons. Le patrimoine est donc par nature fragile, instable et changeant. L’intérêt que nous lui portons depuis plusieurs décennies – en France s’entend – ne doit pas nous conduire à le figer, ni à le photographier pour l’éternité. La préservation du patrimoine, quelle que soit sa forme, nous commande d’être humbles vis-à-vis de lui. Cela étant dit, bien que n’étant pas de notre époque, il vit dans notre temps. Les photographies ici présentées illustrent ce goût et cette curiosité à son endroit. Elles nous montrent comment le faire sien et comment l’apprécier. Notre patrimoine n’est certainement pas une donnée absolue, mais bien une recréation perpétuelle, la nôtre en somme, fruit de la rencontre entre des imaginaires et le réel.

La Ville de Tournus ne peut que se réjouir de voir ce patrimoine susciter ici ou ailleurs un intérêt si vif. Votre association, le travail accompli par l’association paroissiale sous la houlette du Père Dominique Oudot, les efforts patients et rigoureux des spécialistes et scientifiques, l’Office du Tourisme, les regards admiratifs et contemplatifs de nos contemporains, tous, nous oeuvrons au bien de ce qui nous a été donné et que nous aimons tant.

Toutes ces actions, municipale ou bien associatives, doivent bien entendu être encouragées et soutenues. L’élu, le représentant, doit s’en satisfaire. Pour autant, toutes ces belles énergies et ces passions doivent être capables de s’unir et de travailler de concert. Le patrimoine est par définition ce qui nous renvoie au passé, il est le signe qui avertit de ce qui a été, il est notre bien à tous. Puissions-nous alors croire qu’il est également l’instrument en mesure d nous faire oeuvrer main dans la main. J’ai la faiblesse de le penser, et suis certain que cela sera. Parfois, les causes que les hommes se donnent, surtout celles qui de loin les dépassent, exigent des efforts extraordinaires. Le patrimoine abbatial n’échappera pas à la règle, et cette première journée convient très bien à cet esprit que nous bâtirons ensemble.

Sébastien Rouget, maire-adjoint en charge des affaires culturelles, Tournus.

Mise à jour: Article dans le Journal de Saône et Loire, par Dani Gallorini.

Encore quelques photos (cliquer pour agrandir…)
P1040141

P1040145

P1040147  

P1040167

P1040175

P1040175

P1040148

drole de visage

 

3 réflexions au sujet de « Vernissage du Concours de Photos ‘L’Abbaye dans tous ces états’ »

  1. Je signale seulement une erreur de lien : un clic sur la photo de St Philbert renvoie sur l’image agrandie de St Valérien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *